No man's land ?

IMG_2062.jpeg

CORPS A CORPS DANS UN NO MAN’S LAND Texte de Johan Frederik Hel Guedj.

Clément Denis est un peintre qui pense, ce qui n’assèche en rien sa peinture traversée de mythes. Son tableau est une traversée, celle des figures et silhouettes qui l’habitent, grouillent et dansent comme les personnages de “l’Enfer” de Dante, tête sans corps, tête renversée, comme dans la série des “Limbes”. Des êtres de densités variables se chevauchent dans ce corps à corps de la multitude : certains ne sont que des contours, de simples traits, des ébauches de mouvement, d’autres ont l’épaisseur incendiaire d’un Van Gogh, l’intensité du “Cri” d’un Munch. Le grand format du Radeau et la blancheur de la foule des corps évoquent la toile célèbre d’un Géricault dépouillé, réduit à l’essentiel.

Transparence
Et, en effet, ce qui frappe dans ce no man’s land, c’est la transparence. “J’aime les limbes et les interstices, confie-t-il. Spiritualiste, la peinture est pour moi un passage entre la vie d’avant et la vie d’aprés”. Dans la profondeur plane du tableau, la ligne, la couleur, le cadre portent la trace du mouvement de la main qui a dansé autour de la toile, nue ou armée de ses brosses, spatules, vaporisateurs, chiffons. “Je suis un sculpteur qui peint et je peins vite, c’est un combat de vingt quatre heures. Le papier absorbe les pigments, se mouille, gondole, et le temps du séchage, au moment où il devient rigide dicte le terme du combat, puis la porte se referme.”

Invisible et inintelligible
Une fois cette porte refermée, le tableau réapparaît devant nous comme une fenêtre traversée de mouvements de chair, verticaux, horizontaux, contradictoires. “Notre solitude est habitée de présences passées ou présentes. Nos existences sont remplies de proximités et comme le dit Dostoïevski, il y autant de monde que d’individus” désirables ou indésirables. La peinture de Clément Denis s’empare de l’invisible et de l’inintelligible.

No Man's Land

Déf. Larousse : Espace inoccupé compris entre les premières lignes de deux belligérants. Terrain neutre. Zone dévastée, vidée de ses habitants.
 

Déf. de Clément Denis : Entre-deux où l’homme est exilé, en quête de lumière et de connaissances.

Zone surpeuplée mais où chaque être vit sa propre solitude.

© 2020 par Clément Denis

  • Blanc Icône Instagram
  • Facebook Clean