Ophélia et les gisants

Ophélie, au delà du personnage shakespearien, est devenue une mythologie en elle-même. Les passions humaines la déchireront et elle deviendra un symbole de désespoir et de folie pour certains. « La passion d’Ophélie est comme un courant qui creuse toujours plus profondément son lit ». Représentée dans l’eau, recouvertes de fleurs, ses derniers instants sont une triste ode à la Nature. Elle en devient même un entre-deux : on ne sait plus si elle est un être humain ou un être floral. Sommeille-t’elle ou est-elle morte ? A l’instar du dormeur du Val, on l’imagine posée, apaisée dans cet espace de Nature riche et réconfortant, comme ne faisant qu’une avec celle-ci. Mais à la différence du dormeur du Val, elle n’est pas détachée de ce court d’eau, elle est dedans, comme une âme prisonnière du Styx.
 

All Rights Reserved ©  Clément Denis

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle